Accueil / MediasCommuniqués de presse / 2020 - Elargir les compétences vaccinales du pharmacien d’officine : une étape décisive dans l’après-Covid pour simplifier le parcours vaccinal des patients

Elargir les compétences vaccinales du pharmacien d’officine : une étape décisive dans l’après-Covid pour simplifier le parcours vaccinal des patients

Le 9 juillet 2020 - PP-VAC-FRA-0463

Alors que les pharmaciens d’officine ont été en première ligne pour assurer la continuité des soins pendant la pandémie de Covid-19, cinq experts*, pharmaciens d’officine et patients, ont formulé des solutions concrètes pour favoriser le développement de la vaccination à l’officine. Ces propositions, construites avec le soutien institutionnel de Pfizer, ont vocation à participer à la simplification et à l’optimisation du parcours vaccinal du patient, tout en contribuant à l’amélioration de la couverture vaccinale en France.

Faire du pharmacien d’officine un acteur à part entière de la vaccination

Professionnel de santé de proximité et acteur de la prévention, le pharmacien d’officine a vocation à jouer, en privilégiant une démarche de coopération interprofessionnelle, un rôle croissant dans le domaine de la vaccination. A cet effet et dans la lignée de la contribution de l’Ordre des pharmaciens au Ségur de la santéi , les experts impliqués dans la réflexion appellent aux évolutions suivantes :

1. L’extension des compétences vaccinales du pharmacien et son intégration dans chacune des campagnes d’immunisation via :

  • L’extension généralisée de la vaccination en officine à l’ensemble des vaccins obligatoires et recommandés, selon un critère d’âge unique pouvant être fixé à 13 ans ;
  • L’autorisation des pharmaciens à vacciner en cas de crise sanitaire ou d’épidémie comme pour le Covid-19 (lorsqu’un vaccin sera disponible) afin d’assurer la vaccination rapide et efficace des populations.

2. La valorisation du rôle du pharmacien dans cette nouvelle mission ainsi que dans la promotion, l’information et le suivi vaccinal des patients à travers :

  • Une généralisation accélérée du Carnet de Vaccination Electronique (CVE) pour soutenir le suivi vaccinal ;
  • Une rémunération spécifique via la mise en place d’un entretien pharmaceutique dédié.

3. Le renforcement et la diversification des actions de prévention réalisées par les pharmaciens (dépistage, développement des entretiens pharmaceutiques, etc.) soutenues par des mécanismes de rémunération spécifiques à même de reconnaitre l’ensemble de ces prérogatives au regard du temps, de la formation et de l’organisation qu’elles impliquent.

Après-Covid : pourquoi intégrer davantage le pharmacien d’officine dans le parcours vaccinal ?

Un rôle majeur lors de la crise du Covid

Pendant la période de confinement, les pharmaciens d’officine se sont pleinement mobilisés pour prévenir, informer et garantir la continuité de la prise en charge de la population. L’extension des compétences du « pharmacien correspondant »ii leur a permis, par exemple et en collaboration avec le prescripteur, de renouveler avec mesure les ordonnances expirées des patients atteints de pathologies chroniques. iii Un rôle qui a permis de maintenir un suivi thérapeutique essentiel, tout en protégeant les plus fragiles d’une exposition au virus.

Un bilan positif de la vaccination anti-grippale par les pharmaciens d’officine

La généralisation de la vaccination contre la grippe en officine pour la campagne 2019 a confirmé la forte adhésion de la population pour cette nouvelle mission du pharmacien, qui se caractérise notamment par une couverture vaccinale globale des patients à risque en progression (+ 1,2%).iv

A l’étranger, de nombreux pays ont déjà étendu la vaccination en officine à d’autres vaccins que celui contre la grippe. C’est le cas notamment du Portugal et des Etats-Unis qui ont, par exemple, autorisé la vaccination contre le pneumocoque et le méningocoquev. La vaccination par le pharmacien d’officine a su ainsi s’ériger comme un service de prévention accessible et rapide qui permet d’assurer la simplification du parcours vaccinal et la valorisation de la profession. En Irlande, 99% des personnes ayant reçu un vaccin se déclarent susceptibles de se rendre de nouveau chez le pharmacien pour d’autres vaccinationsvi . De même, un sondage mené en 2018 auprès de 4023 adultes par l’Association canadienne de pharmacie souligne que près de 87% des Canadiens font confiance aux pharmaciens pour l’administration de leurs vaccins vii.

La vaccination : une priorité de la période post Covid

La pandémie a eu un impact significatif sur les vaccinations pédiatriques et adultes conduisant la Haute Autorité de Santé (HAS) à appeler à reprendre d’urgence les vaccinations, en priorité chez les nourrissons et les personnes fragilesviii. En parallèle, l’hésitation vaccinale, marquée en France, reste constante et explique des taux de couverture vaccinale insuffisants menant à une augmentation du risque épidémique de certaines maladies (rougeole, coqueluche, …) ix. Alors que la HAS doit rendre un avis sur l’extension des compétences des professionnels de santé en matière de vaccination, cet acte reste aujourd’hui, pour les pharmaciens, limité à la grippe dans le cadre des recommandations en vigueurx . Ainsi, le pharmacien d’officine s’impose comme un acteur de la vaccination, tant à l’étranger qu’en France. A l’échelle nationale, il dispose désormais de toutes les compétences et d’une organisation adaptée pour accompagner le patient dans son parcours vaccinal et bénéficier, plus généralement, d’une extension de ses prérogatives dans ce domaine.

*Les experts contributeurs à la réflexion :

  • Marie Josée AUGE-CAUMON (Conseillère USPO, CNP Pharmacie)
  • Mehdi DJILANI (Président de Totum pharmaciens, membre de la SFSPO)
  • Olivier ROZAIRE (Pharmacien d’officine, Président de l’URPS pharmaciens Auvergne-Rhône-Alpes)
  • Ghislaine SCHMIDT (membre de l’Association France Spondyloarthrites et membre du groupe AVNIR)
  • Christophe WILCKE (Pharmacien d’officine, Président de l’URPS pharmaciens Grand Est)

À propos de Pfizer
Pfizer Inc : Ensemble, œuvrons pour un monde en meilleure santé®

Chez Pfizer, nous mobilisons toutes nos ressources pour améliorer la santé et le bien-être à chaque étape de la vie. Nous recherchons la qualité, la sécurité et l’excellence dans la découverte, le développement et la production de nos médicaments en santé humaine. Notre portefeuille mondial diversifié comporte des molécules de synthèse ou issues des biotechnologies, des vaccins mais aussi des produits d’automédication mondialement connus. Chaque jour, Pfizer travaille à faire progresser le bien-être, la prévention et les traitements pour combattre les maladies graves de notre époque. Conscients de notre responsabilité en tant que leader mondial de l’industrie biopharmaceutique, nous collaborons également avec les professionnels de santé, les autorités et les communautés locales pour soutenir et étendre l’accès à des soins de qualité à travers le monde. Depuis près de 165 ans, Pfizer fait la différence pour tous ceux qui comptent sur nous. Pour en savoir plus sur nos engagements, vous pouvez visiter notre site Internet www.pfizer.fr

À propos de Pfizer Vaccins

Pfizer Vaccins a pour ambition de protéger les personnes tout au long de leur vie contre les maladies infectieuses, notamment les maladies à pneumocoques et à méningocoques, grâce au développement de vaccins innovants. En quête permanente de progrès technologiques et médicaux, Pfizer Vaccins investit chaque année dans un programme de R&D ambitieux, et met tout en œuvre pour assurer une production de vaccins de qualité. Ayant pour volonté d’aider les gens à vivre plus longtemps et en meilleure santé, ce, partout dans le monde, Pfizer Vaccins, participe aussi activement et durablement en lien avec GAVi, l’Alliance du Vaccin, à améliorer l’accès aux vaccins dans les pays en voie de développement.

Contact Presse

Pfizer

Virginie Saracino
[email protected]
06.61.78.31.88

Agence Wellcom

Gaëlle Ryouq / Natacha Kalasa [email protected]
01 46 34 60 60


Références

Contribution de l’Ordre national des pharmaciens au Ségur de la santé : http://www.ordre.pharmacien.fr/Communications/Publications-ordinales/Segur-de-la-Sante-Contribution-de-lOrdre, juin 2020
ii Dans le cadre d’un projet de santé, le pharmacien peut être désigné comme correspondant au sein d’une équipe de soins par le patient, à la demande ou avec l’accord du médecin traitant, dans la perspective de renouveler des traitements chroniques ou d’ajuster leur posologie (Article L5125-1-1 A du Code de la santé publique)
iii Arrêté du 14 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 - https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041722917&dateTexte=&categorieLien= id
iv Avis n° 2020.0034/AC/CEESP du 20 mai 2020 du collège de la Haute Autorité de santé relatif au maintien de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2020/2021 dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 en France / https://www.has-sante.fr/jcms/p_3186689/fr/avis-n2020-0034/ac/seesp-du-20-mai-2020-ducollege-de-la-haute-autorite-de-sante-relatif-au-maintien-de-la-campagne-de-vaccination-contre-la-grippesaisonniere-2020/2021-dans-le-contexte-de-l-epidemie-de-covid-19-en-France
v An overview of current pharmacy impact on immunization - A global report – FIP – 2016 https://www.fip.org/www/streamfile.php?filename=fip/publications/FIP_report_on_Immunisation.pdf
vi An overview of current pharmacy impact on immunization - A global report – FIP – 2016 https://www.fip.org/www/streamfile.php?filename=fip/publications/FIP_report_on_Immunisation.pdf
vii Pharmacists in Canada, Canadian Pharmacist Association, 2018 https://www.pharmacists.ca/cphaca/assets/File/cpha-on-the-issues/Pharmacists%20in%20Canada_Survey_2018.pdf
viii Une étude menée par le GIS Epi-Phare estime à 44.000 le nombre de nourrissons âgés de 3 à 18 mois qui n'ont pas reçu de vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les méningites à Haemophilus influenzae de type B et l'hépatite B. Communiqué de presse de la Haute Autorité de Santé (HAS) mis en ligne le 16 juin 2020 : https://www.has-sante.fr/jcms/p_3189882/fr/covid-19-la-has-appelle-a-reprendre-d-urgenceles-vaccinations-en-priorite-chez-les-nourrissons-et-les-personnes-fragiles
ix Rapport de la Cour des comptes : « La politique vaccinale : un enjeu de santé publique, une confiance à conforter », 2018, https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/06-politique-vaccinale-Tome-1.pdf
x Les pharmaciens peuvent vacciner les personnes majeures ciblées par les recommandations vaccinales en vigueur (personnes âgées de 65 ans et plus, personnes à risque de grippe sévère ou compliquée : personnes souffrant d’une ALD, femmes enceintes, personnes obèse, entourage des nourrissons de moins de 6 mois, entourage des personnes immunodéprimées...) à l’exception des personnes présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l’ovalbumine ou à une vaccination antérieure (Arrêté du 23 avril 2019 fixant la liste des vaccinations que les pharmaciens d'officine peuvent effectuer en application du 9° de l'article L. 5125-1-1 A du code de la santé publique) https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000038409906