Accueil / MediasCommuniqués de presse / 2019 - Semaine mondiale de la vaccination du 24 au 30 avril

Semaine mondiale de la vaccination du 24 au 30 avril

Publié le 18 avril 2019

Pneumonies : la vaccination ne concerne pas seulement les enfants

Si la vaccination contre le pneumocoque, bactérie la plus souvent responsable de la pneumonie 1, est obligatoire pour les enfants depuis le 1er janvier 2018 2, elle est également recommandée pour les adultes immunodéprimés, mais aussi ceux atteints de maladies chroniques comme le diabète ou la Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) 2. Comparé à la population générale, ces derniers ont en effet un risque plus élevé de contracter une pneumonie et de développer des complications en cas d’infection 3, 4. Malgré leur fréquence et leur gravité 1, 5, les pneumonies demeurent relativement méconnues 6.
La semaine mondiale de la vaccination est donc l’occasion de revenir sur 4 des idées reçues qui subsistent au sujet des pneumonies :

1 : Il est rare de contracter une pneumonie

Faux. D’après une enquête Ipsos réalisée chez plus de 9 000 personnes de + de 50 ans dans 9 pays, dont la France, si 95 % des personnes interrogées ont conscience de la gravité de la pneumonie, seules 12 % se disent préoccupées  par le risque d’en contracter une 6. Les pneumonies aigues communautaires (PAC), dont le pneumocoque est souvent la principale cause 1, sont pourtant des affections respiratoires courantes, avec environ 500 000 nouveaux cas chaque année en France 1. Elles sont responsables de 10 000 à 13 000 décès par an en France (13 396, France 2015 5), soit presque 4 fois plus que les accidents de la route 7.

2 : « Les pneumonies ne sont pas contagieuses »

Faux. La moitié des Français interrogés pense que les pneumonies peuvent ne pas être contagieuses 6. Une bactérie, le pneumocoque, est pourtant responsable dans la plupart des cas 1. Ces bactéries sont présentes dans le nez et la gorge et peuvent être transmises d’une personne à l’autre par l’intermédiaire de gouttelettes de salive 8. Le pneumocoque peut ainsi être présent chez des personnes en bonne santé, qui sont donc des porteurs sains, c’est-à-dire que le pneumocoque est présent dans leur organisme mais qu’ils ne contractent pas d’infection à pneumocoque 9. C’est généralement le cas chez 5% des adultes et cela pourrait concerner jusqu’à 22% des adultes âgés de plus 65 ans selon une étude menée aux Pays-Bas9. Etant porteurs de pneumocoques, présents dans le nez et la gorge 8, les porteurs sains 9 peuvent les transmettre à d’autres personnes via des gouttelettes de salives 8, notamment aux adultes fragilisées par une maladie respiratoire, rénale ou par un diabète pour qui le risque de développer une pneumonie à pneumocoque sera supérieur 2.

3 : « Seuls les enfants sont concernés par le risque infectieux face au pneumocoque »

Faux. Si la lutte contre la pneumonie chez l’enfant est une priorité de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) 10, la maladie peut également être dangereuse chez l’adulte, notamment pour les personnes immunodéprimées ou atteintes de maladies chroniques 2. Les pneumonies sont également plus fréquentes lorsqu'on avance en âge, et sont parmi les premières causes de décès chez le sujet âgé 11. Enfin, la pneumonie fait partie des premières causes de décès chez le sujet âgé 12.
Malgré ce risque accru, seulement 1 personne de plus de 65 ans sur 10 pense être très à risque de développer une pneumonie 6.

4 : « Chez l'adulte, la vaccination concerne uniquement les personnes immunodéprimées »

Faux. La vaccination est recommandée chez les personnes immunodéprimées 2, dont les défenses immunitaires sont affaiblies et qui comptent notamment les patients infectés par le VIH et ceux traités par immunosuppresseurs. Elle l’est également pour les patients souffrant de maladies chroniques comme la BPCO, le diabète ou encore l’insuffisance rénale 2. Chez les patients diabétiques par exemple, les pneumonies sont en effet plus fréquentes, mais aussi plus graves 3, 4 : Pour les personnes diabétiques. le risque de contracter une pneumonie est ainsi 2 fois plus élevé et le risque d’hospitalisation en cas de pneumonie est augmenté de 26% comparé à la population générale 3, 4.
Ce risque accru d’infections et de complications chez le patient diabétique peut s’expliquer par une altération du système immunitaire 13, mais aussi par la présence fréquente d'autres pathologies ou comorbidités en cas de diabète 14, qui elles-mêmes augmentent le risque de pneumonies 15.
 

À propos de Pfizer

Pfizer Inc : Ensemble, œuvrons pour un monde en meilleure santé®
Chez Pfizer, nous mobilisons toutes nos ressources pour améliorer la santé et le bien-être à chaque étape de la vie. Nous recherchons la qualité, la sécurité et l’excellence dans la découverte, le développement et la production de nos médicaments en santé humaine. Notre portefeuille mondial diversifié comporte des molécules de synthèse ou issues des biotechnologies, des vaccins mais aussi des produits d’automédication mondialement connus. Chaque jour, Pfizer travaille à faire progresser le bien-être, la prévention et les traitements pour combattre les maladies graves de notre époque. Conscients de notre responsabilité en tant que leader mondial de l’industrie biopharmaceutique, nous collaborons également avec les professionnels de santé, les autorités et les communautés locales pour soutenir et étendre l’accès à des soins de qualité à travers le monde. Depuis près de 165 ans, Pfizer fait la différence pour tous ceux qui comptent sur nous. Pour en savoir plus sur nos engagements, vous pouvez visiter notre site Internet www.pfizer.fr

À propos de Pfizer Vaccins

Pfizer Vaccins a pour ambition de protéger les personnes tout au long de leur vie contre les maladies infectieuses, notamment les maladies à pneumocoques et à méningocoques, grâce au développement de vaccins innovants. En quête permanente de progrès technologiques et médicaux, Pfizer Vaccins investit chaque année dans un programme de R&D ambitieux, et met tout en œuvre pour assurer une production de vaccins de qualité. Ayant pour volonté d’aider les gens à vivre plus longtemps et en meilleure santé, ce, partout dans le monde, Pfizer Vaccins, participe aussi activement et durablement en lien avec GAVi, l’Alliance du Vaccin, à améliorer l’accès aux vaccins dans les pays en voie de développement.

Contacts presse

Pfizer
Virginie Saracino
[email protected]
01.58.07.48.06 

Agence Wellcom
Hugues Vanhoucke & Gaëlle Ryouq
[email protected] 
01 46 34 60 60

 



Références

1. ECN Pilly 2018, Infections broncho-pulmonaires communautaires de l’adulte et de l’enfant.
2. Ministère des Solidarités et de la Santé calendrier, Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales
2018, Janvier 2018
3. Vinogradova Y. et al. Identification of new risk factors for pneumonia: population-based case control study. Br J Gen Pract 2009;59(567):e329-38.
4. Kornum JB. et al. Diabetes, Glycemic Control, and Risk of Hospitalization With Pneumonia. Diabetes Care, 2008;31:1541–5.
5. Eurostat: Causes of death - Deaths by country of residence and occurrence Figures for 2015 and based on ‘All deaths reported in the country’ Last update: 28-02-2018
6. IPSOS, Etude PneuVUE®: « Un nouveau tableau de la pneumonie chez les adultes âgés » 2016.
7. Eurostat: Causes of death - Deaths by country of residence and occurrence Figures for 2015 and based on ‘All deaths reported in the country’ Last update: 28-02-2018
8. MesVaccins.net https://www.mesvaccins.net/web/diseases/25-pneumocoque consulté le 7 mars 2019
9. Carriage of Streptococcus pneumoniae in asymptomatic, community-dwelling elderly in the Netherlands. Vaccine. 2016 Jan 2;34(1):4-6. doi: 10.1016/j.vaccine.2015.11.014. Epub 2015 Nov 18.
10. OMS, Pneumonie, disponible sur https://www.who.int/topics/pneumococcal_infections/fr/, consulté le 11/03/2019.
11. Rivero-Calle et al. BMC Infectious Diseases (2016). Incidence and risk factor prevalence of community-acquired pneumonia in adults in primary care in Spain - page 5
12. Prendki V. et al.Pneumonie chez le sujet âgé : y a-t-il des spécificités ? Rev Med Suisse 2014 ; 10 : 2081-6
13. Casqueiro J. et al. Infections in patients with diabetes mellitus: A review of pathogenesis. Indian J Endocrinol Metab. 2012 Mar; 16(Suppl1): S27–S36.
14. Du Y et al. BMC Public Health 2013;13:166
15. Shea KM. et al. Rates of Pneumococcal Disease in Adults With Chronic Medical Conditions. Open Forum Infectious Disease. OFID. 2014; 10.1093/ofid/ofu024.