Accueil / MediasCommuniqués de presse / 2018 - Vaccination antigrippale en pharmacie : Retours d’expérience des différents acteurs et points d’optimisation

Vaccination antigrippale en pharmacie : Retours d’expérience des différents acteurs et points d’optimisation

Publié le 26/09/18 - PP-GIP-FRA-1029

Face à une couverture vaccinale insuffisante des adultes en France1, le Ministère de la Santé et des Solidarités a souhaité expérimenter à partir de 2017 la vaccination antigrippale en pharmacie pour les personnes concernées par la recommandation vaccinale et non primo-vaccinées. Une expérimentation qui sera généralisée en 20192.

Pfizer vaccins, en tant qu’acteur de santé publique, a mené une enquête avec l’institut IPSOS*3 afin d’identifier les freins et leviers perçus par différents acteurs de la vaccination impliqués dans les régions pilotes Rhône-Alpes / Auvergne et Nouvelle Aquitaine, pour contribuer ainsi à apporter les meilleures solutions, à protéger le plus grand nombre d’individus et à augmenter les taux de couverture vaccinale. Plébiscitée par les usagers dans cette étude, la vaccination en pharmacie est considérée par les médecins et les pharmaciens comme un moyen d’améliorer la couverture vaccinale. Si certains points sont à optimiser comme les démarches administratives, la coordination entre professionnels de santé ou encore le suivi vaccinal des usagers, les professionnels de santé sont ouverts à la réflexion pour étendre la vaccination contre la grippe en pharmacie, pour d’autres populations** et voire, d’autres types de vaccination.

Un accueil globalement positif et des bénéfices reconnus

Si les usagers (n=70) et les pharmaciens (n=100) interrogés ont été satisfaits de l’expérimentation et ont attribué respectivement des notes moyennes de 9,6/10 [ET 0,7] et 8,1/10 [ET 1,3], les médecins généralistes (n=100) ont quant à eux été plus réservés avec une note de 4,8/10 [2,9]. Parmi les bénéfices de la vaccination antigrippale en officine, l’accès facilité à la vaccination est cité comme point fort par 81 % des usagers et 88 % des pharmaciens. Par ailleurs 60 % des médecins interrogés pensent que la vaccination en pharmacie permettra d’augmenter de façon significative la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière.

85% des pharmaciens et 60% des médecins généralistes interrogés estiment que la répartition des rôles entre les professionnels de santé s’est faite en bonne intelligence dans le cadre de l’expérimentation. La vaccination contre la grippe doit faire partie des missions du pharmacien à l’avenir pour 45 % des médecins généralistes.

Des pistes d’améliorations et des recommandations concrètes

Si les participants ont globalement été satisfaits de l’expérimentation, cette initiative a permis de mettre en évidence certains axes d’optimisation et de formuler des recommandations.
Les médecins généralistes interrogés ont ainsi identifié le suivi des patients une fois vaccinés comme principal point à améliorer.

Vaccination en pharmacie

« Le seul moyen véritablement efficace pour le suivi du patient est la mise en place du Carnet de Vaccination Electronique - déployé dans les 2 régions déjà « vaccinantes » - qui serait partagé entre l’usager et les professionnels de santé. » explique Olivier Rozaire, pharmacien, président de l’URPS Auvergne Rhône-Alpes.

Les pharmaciens interrogés citent les restrictions concernant les profils de personne à vacciner comme inconvénient principal de l’expérimentation (74%), et en second le poids des démarches à réaliser lors de l’acte vaccinal.

Démarches administratives simplifiées

« Pour les pharmaciens, la procédure d’intégration au dispositif et le protocole expérimental sont relativement lourds et fastidieux. La simplification des démarches permettra de développer la vaccination en officine à plus grande échelle » ajoute Olivier Rozaire.

L’enquête a notamment mis en exergue la confusion des rôles des professionnels de santé, aussi bien du côté des usagers que des professionnels de santé eux-mêmes. Ce constat amène à s’interroger sur les moyens à mettre en oeuvre pour une meilleure définition des rôles et coordination entre les professionnels de santé.

« Le choix d’étendre les missions des pharmacies d’officine est un choix de santé publique face à la baisse des taux de vaccination mais il est nécessaire de conserver la complémentarité et la coordination entre les professionnels de santé, par exemple en ciblant des populations différentes.» estime Marie-José Augé Caumon, pharmacienne, Conseillère du président de l’USPO et membre associée du Conseil Economique, Social et Environnemental.

 

Une nouvelle habilitation à vacciner potentiellement extensible

Suite à l’expérimentation, les médecins généralistes et les pharmaciens sont ouverts à une réflexion pour étendre la vaccination en pharmacie à d’autres régions, populations et types de vaccinations.

Concernant la généralisation de l’expérimentation au niveau national, les usagers sont largement favorables (97%) ainsi que la majorité des médecins (57%). À propos de l’extension à d’autres populations, les usagers comme les professionnels de santé sont en faveur d’une réflexion pour étendre la vaccination grippe en pharmacie aux adultes en général y compris les personnes n’ayant jamais été vaccinées contre la grippe saisonnière mais aussi aux jeunes adultes entre 19 et 25 ans. À l’avenir, ils considèrent également que d’autres vaccinations pourraient être envisagées en pharmacie : 36 % des médecins et 83 % des pharmaciens souhaitent l’extension chez les adultes, en particulier pour les rappels DTP.

Extension vaccination

Par ailleurs, seuls 19% des médecins généralistes se disent favorables à l’ouverture de la vaccination en pharmacie pour les patients atteints de maladies chroniques, versus 76% des pharmaciens. Les professionnels de santé citent notamment comme vaccins possibles les rappels DTP ou encore les infections à pneumocoques.

Pour les patients de plus de 65 ans, l’écart est sensiblement le même avec 22% de médecins généralistes favorables à l’ouverture de la vaccination en officine pour cette population, versus 74% des pharmaciens.

Et enfin, 33% des médecins et 81% des pharmaciens sont favorables à une vaccination en pharmacie pour les jeunes adultes, citant à la fois les rappels DTP et les vaccins contre les infections à méningocoque.

« Concernant les autres vaccinations, les rappels de vaccins pourraient par exemple être réalisés en pharmacie à condition de bien définir les protocoles entre professionnels de santé, chacun dans sa patientèle. » explique Marie-José Augé Caumon.

« Trop de personnes âgées ou en déficiences immunitaires ne se font pas vacciner et la vaccination des personnes adultes ne se résume pas au simple vaccin contre la grippe. L’ensemble des rappels et des suivis (carnet vaccinal) devrait être aussi accessible aux pharmaciens en coordination avec les médecins traitants. » explique Gérard Raymond, Président de la Fédération Française des diabétiques.

Le Ministère de la Santé et des Solidarités a prévu d’étendre l’expérimentation au niveau national dès 2019 2. Dans la même dynamique, la Haute Autorité de Santé Publique (HAS) recommande depuis juillet 2018 que les pharmaciens participant à l’expérimentation puissent vacciner contre la grippe saisonnière, sans prescription médicale d’un médecin, tous les individus de plus de 18 ans dès lors qu'ils sont éligibles aux recommandations vaccinales, et que l’acte de vaccination grippe soit élargi à d’autres compétences (infirmiers, sage-femmes). Des travaux sont en cours pour formuler une recommandation sur l’extension à d’autres vaccinations.


*Enquête IPSOS – méthodologie Enquête régionale menée dans le cadre de l’expérimentation de la vaccination en pharmacie contre la grippe saisonnière des usagers de plus de 65 ans, ayant déjà été vaccinés auparavant, en Rhône-Alpes/Auvergne et Nouvelle Aquitaine à l’initiative de Pfizer et réalisée par l’institut Ipsos. 50 entretiens individuels ont été réalisés en Rhône-Alpes/Auvergne et Nouvelle Aquitaine au mois de janvier 2018 auprès de 16 pharmaciens, 20 usagers ayant été vaccinés, 8 médecins généralistes et 6 infirmiers libéraux. Puis une grande enquête régionale a été menée auprès de 70 usagers, 100 médecins généralistes et 100 pharmaciens au sein des deux régions entre le 19 mars et le 7 avril 2018. Lors de la phase qualitative, 10 pharmaciens ayant participé à l’expérimentation et 6 n’ayant pas participé ont été interrogés.

** pour lesquelles la vaccination est recommandée par la HAS et incluse dans le calendrier vaccinal
 

Communiqué de Presse en format PDF

 

À propos de Pfizer

Pfizer Inc : Ensemble, oeuvrons pour un monde en meilleure santé®

Chez Pfizer, nous mobilisons toutes nos ressources pour améliorer la santé et le bien-être à chaque étape de la vie. Nous recherchons la qualité, la sécurité et l’excellence dans la découverte, le développement et la production de nos médicaments en santé humaine. Notre portefeuille mondial diversifié comporte des molécules de synthèse ou issues des biotechnologies, des vaccins mais aussi des produits d’automédication mondialement connus. Chaque jour, Pfizer travaille à faire progresser le bien-être, la prévention et les traitements pour combattre les maladies graves de notre époque. Conscients de notre responsabilité en tant que leader mondial de l’industrie biopharmaceutique, nous collaborons également avec les professionnels de santé, les autorités et les communautés locales pour soutenir et étendre l’accès à des soins de qualité à travers le monde. Depuis près de 165 ans, Pfizer fait la différence pour tous ceux qui comptent sur nous. Pour en savoir plus sur nos engagements, vous pouvez visiter notre site Internet www.pfizer.fr

À propos de Pfizer Vaccins

Pfizer Vaccins a pour ambition de protéger les personnes tout au long de leur vie contre les maladies infectieuses, notamment les maladies à pneumocoques et à méningocoques, grâce au développement de vaccins innovants. En quête permanente de progrès technologiques et médicaux, Pfizer Vaccins investit chaque année dans un programme de R&D ambitieux, et met tout en oeuvre pour assurer une production de vaccins de qualité. Ayant pour volonté d’aider les gens à vivre plus longtemps et en meilleure santé, ce, partout dans le monde, Pfizer Vaccins, participe aussi activement et durablement en lien avec GAVi, l’Alliance du Vaccin, à améliorer l’accès aux vaccins dans les pays en voie de développement.

 

Contacts presse :

Agence Wellcom

Hugues Vanhoucke & Gaëlle Ryouq

[email protected]

01 46 34 60 60


Sources :
1. Haut Conseil de Santé Publique, Le HCSP rappelle que de nombreuses maladies infectieuses sont mal controlées, notamment en raison d’une couverture vaccinale insuffisante, https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=641, consulté le 21/08/2018
2. Ministère de la Santé et Des Solidarités, Dossier de presse Plan Priorité Prévention, 26 mars 2018 ; page 24
3. Enquête IPSOS, Vaccination en Pharmacie, Septembre 2018
4. Haute Autorité de Santé Publique, Recommandation vaccinale : Extension des compétences des professionnels de santé en matière de vaccination : Vaccination contre la grippe saisonnière, juillet 2018 ; page 57-59