ContactContact
AccueilActusCommuniqués de presseCOVID-19 : quelles évolutions de la perception des Français ? 

COVID-19 : QUELLES ÉVOLUTIONS DE LA PERCEPTION DES FRANÇAIS ? 

En ce début de printemps, le pic de circulation des virus respiratoires hivernaux s’éloigne et le plus gros de la pandémie de COVID-19 semble dernière nous. Pourtant, le virus SARS-CoV-2 est toujours là. Ces derniers jours, sa circulation a continué de fluctuer,1 après un hiver durant lequel l’épidémie de COVID-19 -associée aux épidémies de grippe et de bronchiolite, a particulièrement affecté les personnes vulnérables (personnes âgées de plus de 65 ans, atteintes de malades chroniques ou immunodéprimées…) et pesé sur le système de santé.2  

Après 3 ans de crise sanitaire, comment ont évolué les perceptions et les comportements des Français vis à vis de la COVID-19 ? La vigilance face au virus est-elle toujours de mise ? C’est pour répondre à ces questions que Pfizer a mené, en partenariat avec Ipsos, une étude auprès de 4 000 Français, dont plus de 2 000 personnes à risque de développer une forme sévère de la maladie.  

Le risque d’attraper la COVID-19 et ses conséquences, désormais relégués au second plan… 

En décembre 2022, Pfizer, en partenariat avec Ipsos, a mené une grande enquête au niveau national pour mesurer l’évolution des perceptions et comportements des Français face à la COVID-19 après 3 ans d’épidémie. 

Le constat est net : 40% des Français interrogés déclarent ne plus être préoccupés par la COVID-19 et presque 1 personne sur 4 considère que les gestes barrières ne servent pas, que la COVID-19 est une maladie bénigne et que l'épidémie est terminée – d’ailleurs s’il contractait le virus, 1 Français sur 3 n’informerait pas l’ensemble des personnes qu’il a vu au cours des derniers jours.3  

Et si presque 2 Français sur 3 estiment qu'il y a bien des risques d’attraper la COVID-19, ils en minimisent les conséquences : s’ils étaient testés positifs, 3 Français sur 5 déclarent qu’ils ne préviendraient pas immédiatement leur médecin généraliste et ce même lorsqu’ils sont à risque.3

En outre, en cas de symptômes de la COVID-19, les Français préfèrent gérer la situation eux-mêmes, que ce soit pour se faire dépister, évaluer le niveau de sévérité de leurs symptômes ou décider de la démarche à adopter en cas de test positif3 :  

  • seul 1 Français sur 3 estime qu’il faut se faire tester systématiquement (33%).  

  • nombre d’entre eux déclarent par ailleurs que certaines raisons pourraient même les amener à renoncer à se faire tester, notamment si les symptômes ne les inquiètent pas assez (58%) ; s’ils décident de préférer s’isoler (51%) ou s’ils estiment qu’il y a peu de chances que ce soit la COVID-19 (42%). 

 « Après 3 ans d’épidémie, les Français manifestent la volonté de tourner la page COVID et semblent avoir banalisé la maladie et ses conséquences. Bien que cette lassitude soit tout à fait légitime, il est pourtant crucial de rester vigilants, notamment pour protéger ceux d’entre nous qui sont les plus à risque de développer une forme sévère de la maladie. Et, lorsque l’on constate que seule 1 personne sur 2 (54%) se désinfecte les mains systématiquement pour ne pas contaminer une personne à risque de son entourage et que seul 1 Français sur 4 (27%) porte le masque en leur présence, il paraît évident que les efforts de sensibilisation sont à poursuivre pour éviter une hausse des contaminations",3  indique David Lepoittevin, Directeur de la division Vaccins chez Pfizer France. 

Si les pics de circulation de la COVID-19 semblent coïncider avec la période hivernale et la circulation d’autres virus respiratoires,2 la maladie continue de provoquer des hospitalisations chez les personnes à risque de développer une forme sévère de la maladie tout au long de l’année. Il s’agit des plus vulnérables d’entre nous : les personnes âgées, celles atteintes de maladies chroniques ou immunodéprimées.  

…alors que le virus continue de circuler et affecter les plus fragiles  

Autre information révélée par l’enquête Pfizer/Ipsos : la vigilance face à la COVID-19 et notamment l’application des gestes barrières est aujourd’hui à un niveau préoccupant, y compris au sein des populations à risque de développer une forme sévère de la maladie3 :

  • en cas de symptômes de la COVID-19, seules 33% des personnes à risque iraient systématiquement se faire tester,

  • seule 1 personne à risque sur 3 préviendrait immédiatement son médecin si elle apprenait qu’elle était positive à la COVID-19 (34%). Les autres attendraient de subir des effets vraiment gênants (26%). 

Autre manifestation de ce « relâchement » : moins d’1 personne à risque sur 5 (17%) demande à ses proches d’appliquer systématiquement les gestes barrières en sa présence.3   

« Aujourd’hui encore, les personnes à risque constituent l’essentiel des hospitalisations liées à la COVID-19.4 Pourtant, même si elles le font moins que l'ensemble de la population, de très nombreuses personnes à risque minimisent leur niveau de vulnérabilité. En effet, plus d’une sur deux d’entre elles estiment avoir moins de risque que le reste de la population d'avoir des complications graves ou d’être hospitalisées (56% et 61%). Et les bons réflexes à adopter en cas de symptômes restent aussi largement méconnus au sein de cette population qu’au sein de la population générale : 67% pensent qu’il faut attendre et voir l’évolution des symptômes pour décider de faire un test, voire ne pas se faire tester du tout et attendre que ça passe (19%)",3 déclare David Lepoittevin 

« Les résultats de l’étude Ipsos révèlent un manque de connaissance des patients à risque vis à vis des mesures à prendre dès l’apparition de symptômes de la COVID-19 pour leur éviter de développer une forme grave de la maladie : 39% d’entre eux déclarent que cela ne sert à rien de consulter un professionnel de santé en cas de test positif. 3 Il y a un réel enjeu à ce que le parcours de soin des personnes à risque, dès lors qu’elles sont symptomatiques et positives à la COVID-19, soit mieux connu », souligne le Dr Bruno Valtier. 

Bien qu'il y ait un fort désir de “tourner la page” de la pandémie, d'assouplir encore les restrictions et de revenir à un sentiment de normalité, la réalité est que le virus continue à évoluer et reste imprévisible. L’émergence de nouveaux variants est une réalité qui continue aussi à engendrer des taux de contamination non négligeables.5 

« La période aigüe de la pandémie semble derrière nous et l’on peut clairement s’en réjouir. Pour autant, il est important de ne pas minimiser les conséquences de la COVID-19 qui continuent à peser sur la santé publique et sur la société au sens large. Pfizer reste mobilisé aux côtés des autorités et de toutes les parties prenantes pour faire de la prévention une priorité et contribuer à éviter que la COVID-19 ne continue à conduire les plus vulnérables à l’hôpital » conclut David Lepoittevin.  

Pfizer, un acteur engagé dans la lutte contre la COVID-19 

La mission de Pfizer est d’apporter des avancées qui changent la vie des patients. Et, depuis le début de l’épidémie de COVID-19, l’entreprise a mobilisé ses ressources pour apporter des solutions à la COVID-19. Trois ans plus tard, son engagement ne faiblit pas et aucune piste n’est écartée afin de faire face à cette situation inédite. 

Les bons gestes de prévention

Le virus SARS-CoV-2 qui provoque la maladie à COVID-19 continue de circuler. Pour protéger les personnes les plus fragiles, qui constituent l’essentiel des hospitalisations et décès,6 il est important de garder à l’esprit les recommandations sanitaires,7 notamment :   

  • Se laver les mains très régulièrement ou utiliser une solution hydro-alcoolique 

  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique, avant de le jeter 

  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades 

  • Aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures 

Si l’on est à risque, que l'on présente des symptômes et que l’on est positif à la COVID-19, il convient de prendre contact avec un professionnel de santé. 

À propos de Pfizer – Des avancées qui changent la vie des patients®  

Chez Pfizer, nous mobilisons la science et nos ressources mondiales pour développer des thérapies qui permettent de prolonger et d’améliorer significativement la vie de chacun. Nous recherchons la qualité, la sécurité et l’excellence dans la découverte, le développement et la production de nos solutions en santé humaine, parmi lesquelles figurent des médicaments et des vaccins innovants. Chaque jour, sur les marchés développés et émergents, Pfizer œuvre à faire progresser le bien-être, la prévention et les traitements pour combattre les maladies graves de notre époque. Conscients de notre responsabilité en tant que leader mondial de l’industrie biopharmaceutique, nous collaborons également avec les professionnels de santé, les autorités et les communautés locales pour soutenir et étendre l’accès à des soins de qualité et abordables à travers le monde. Depuis plus de 170 ans, nous faisons la différence pour tous ceux qui comptent sur nous. Pour en savoir plus sur nos engagements, vous pouvez visiter notre site internet www.pfizer.fr et nous suivre sur twitter : @Pfizer_France

Contacts Médias 

Pfizer
Julie Ponremy : [email protected]

Agence Wellcom 
Isabelle Fillaud & Anaïs Ranouil : [email protected]

Références

1Santé publique France, COVID-19 : point épidémiologique du 5 avril 2023, https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/documents/bulletin-national/covid-19-point-epidemiologique-du-5-avril-2023 
2Santé publique France, COVID-19, grippe et bronchiolite : recommandations en situation de co-circulation des virus respiratoires, https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2022/covid-19-grippe-et-bronchiolite-recommandations-en-situation-de-co-circulation-des-virus-respiratoires 
3Enquête sur l’évolution des comportements des Français face à la recrudescence de l’épidémie de COVID-19 : recours au dépistage, consultation de médecins et application des gestes barrière menée par Ipsos pour Pfizer auprès de 4000 Français âgés de 18 ans et plus du 30/11/2022 au 6/12/2022 
4Santé publique France, Chiffres clés et évolution de la COVID-19 en France et dans le Monde, https://www.santepubliquefrance.fr/dossiers/coronavirus-COVID-19/coronavirus-chiffres-cles-et-evolution-de-la-COVID-19-en-france-et-dans-le-monde 
5HAS, https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2022-02/reco453_rr_COVID_19_premier_recours_20220216_mel.pdf 
6ANSM, Caractéristiques associées au risque résiduel de forme sévère de COVID-19 après un schéma vaccinal complet en France, https://ansm.sante.fr/actualites/caracteristiques-associees-au-risque-residuel-de-forme-severe-de-COVID-19-apres-un-schema-vaccinal-complet-en-france 
7Santé.fr, Tout savoir sur le Coronavirus COVID-19, https://www.sante.fr/tout-savoir-sur-le-coronavirus-COVID-19
 

PP-UNP-FRA-1445 - Publié le 13 avril 2023
MédicamentsProfessionnels de santéConseils et préventionMédias Actus Aires thérapeutiquesR&DEngagementsNous connaîtreTravailler chez PfizerConditions générales d'utilisation Cookies Données personnelles ContactPP-GIP-FRA-1849
Copyright © 2022 Pfizer inc. Tous droits réservés. Le contenu de ce site est destiné aux personnes résidant en France.
MédicamentsProfessionnels de santéConseils et préventionMédias Actus Aires thérapeutiquesR&DEngagementsNous connaîtreTravailler chez PfizerConditions générales d'utilisation Cookies Données personnelles ContactPP-UNP-FRA-1121
Copyright © 2024 Pfizer inc. Tous droits réservés. Le contenu de ce site est destiné aux personnes résidant en France.